Guide du Japon

Sanctuaire de Nikko Toshogu

Le Nikkō Tōshō-gū (Nikkōtōshōgū) est un sanctuaire shinto de type tōshōgū de la préfecture de Tochigi. Il se situe près de la ville de Nikkō, dans le parc national de Nikkō, il fait aussi partie des sanctuaires et temples de Nikkō. On y trouve les singes de la sagesse.

Le sanctuaire fut construit en l'honneur de Tokugawa Ieyasu par son fils Tokugawa Hidetada alors shogun en 1617 pendant l'époque d'Edo. Plus tard, durant le shogunat de Tokugawa Iemitsu, le temple fut agrandi.

Le sanctuaire est composé de nombreux bâtiments dont 39 sont inscrits comme « Biens culturels importants » par le gouvernement et d'autres comme « Trésors nationaux ».
- L'Ishidorī (ishidorī) est le premier torii marquant l'entrée du sanctuaire. Il fut construit en 1618.
- Le Gojūnotō (gojūnotō) est une pagode se situant à gauche de l'entrée du parc, construite en 1648. Elle fut partiellement détruite par un incendie, puis complètement restaurée.
- L'Omotemon (omotemon) est une porte (mon) marquant l'entrée plus profondément dans le sanctuaire.
- Le Shinyosha (shinyosha) est une écurie (kyūsha) se situant à gauche de l'omotemon. Il abritait les chevaux destinés aux cérémonies.
- L'Omizuya (omizuya) est un bassin couvert permettant de se laver les mains et la bouche pour se purifier avant de rentrer dans certaines parties du sanctuaire.
- Le Yomeimon (yomeimon) est une porte marquant l'entrée dans le cœur du sanctuaire. Elle est l'un des plus beaux exemples de ce type de porte dans tous le Japon datant de 1636.
- Le karamon est une porte marquant l'entrée dans la dernière partie du sanctuaire. Elle est parfois appelée « porte chinoise » à cause de son style particulier notamment dans les décorations et ornements.

Nous contacter