Culture

Kabuki

Le kabuki (歌舞伎, kabuki) est la forme épique du théâtre japonais traditionnel. Centré sur un jeu d'acteur à la fois spectaculaire et codifié, il se distingue par le maquillage élaboré des acteurs et l'abondance de dispositifs scéniques destinés à souligner les paroxysmes et les retournements de la pièce. Les trois idéogrammes du mot signifient : chant (歌, ka), danse (舞, bu) et habileté technique (伎, ki).

L'origine du kabuki remonte aux spectacles religieux d'une prêtresse nommée Okuni, en 1603. Cependant, à partir de 1629, les femmes étaient interdites de jouer sur la scène, et seuls les hommes pouvaient continuer à jouer. Et c’est pendant la période Genroku (1688-1704) que le style actuel de Kabuki a été formé.

À partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, le kabuki déclina, supplanté auprès des classes populaires par le bunraku, théâtre japonais avec des marionnettes.
Le kabuki connut un retour en grâce à partir de l'ère Meiji, en réaction à l'introduction de la culture occidentale. Le développement des journaux fournit également un nouveau gisement d'histoires, ajoutant au fonds des faits divers les adaptations des romans feuilletons qui y étaient publiés. Actuellement, le kabuki demeure le plus populaire des styles de théâtre traditionnel japonais en termes d'audience.

Nous contacter